top of page

Une bougie - 1.

— Je vous avais dit de ne pas venir ici, dit l'homme en noir d'un ton sévère.

— Mais mon Père, répondit malicieusement Rose-Marie, je suis venue rapporter le cierge que j'avais emprunté. Il est beau, mais trop... trop... Enfin j'en voudrais un autre un peu plus petit.

Le prêtre esquissa un sourire de compassion.

— Auriez-vous eu les yeux plus grands que le ventre ? C'est péché de gourmandise chère gourgandine. Vous resterez après la messe, je vous confesserai... Soyez sûre de ma compassion.

Il se signa en passant devant l'autel et disparut dans la sacristie, laissant Rose-Marie seule dans les travées.

La belle se dirigea vers le coin où se trouvait un panier de bougies neuves de toutes tailles, déposa le cierge qu'elle tenait à la main et en choisit un autre plus petit, bien qu'assez imposant.

D'un pas feutré, elle alla jusqu'au confessionnal et cacha la bougie protégée d'un foulard de soie, sous le prie-Dieu réservé aux pécheresses qui venaient chercher pénitence.


Les fidèles commençaient à arriver et à prendre place autour de Rose-Marie qui s'était installée au premier rang.

Face à Don Fiore qui célébrait la messe.

Elle le dévorait des yeux.

— Il est beau, pensait-elle rêveuse.


Elle aime sa voix, ses mains quand elles se posent sur son corps, quand elles soulèvent ses seins, son regard envoûtant. Elle aimait promener les siennes sur son torse. Elle aimait sa bouche sur ses lèvres. Son sexe. Le sentir se durcir. Le serrer entre ses doigts, le caresser lentement avant de le prendre en bouche et de s'en délecter avec volupté tout en recueillant ses bourses au creux de sa paume. Elle se souvenait de la veille, le revoyait, avançant vers elle dans la pénombre, sexe dressé, jusqu'à prendre place entre ses cuisses et la pénétrer d'un coup de reins.


Elle s'était laissé emporter par ses pensées, et sursauta quand les gens se levèrent pour s'aligner dans la nef centrale. Le moment de la communion était venu.

Rose-Marie se leva et prit place parmi les fidèles (dont beaucoup n'étaient pas si fidèles que ça, mais c'est une autre histoire).

Quand son tour arriva, elle s'agenouilla devant Don Fiore et ouvrit la bouche en joignant les mains, plongeant son regard dans les yeux du prêtre.

En toute innocence.

Cette innocence fit trembler la main qui déposa l'hostie sur la langue de la belle amante.

Elle se releva en se signant et retourna à sa place.

Doigts entrecroisés, Rose-Marie se recueillait religieusement mais son esprit ne pouvait se détourner de l'envie qui la tenaillait.

Elle attendit que tout le monde s'en aille pour aller se placer dans le confessionnal.

Elle savait déjà où elle allait mettre la bougie qu'elle avait cachée afin de se préparer à être confessée et recevoir une pénitence à la hauteur de ses audaces.

Mots-clés :

62 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Veux-tu savoir ?

Tes cris étouffés, ton corps excité oscilleront entre douce-douleur et violent-plaisir.

Promenade

Te prendre dans ce décor... attachée à l'arbre... Bas noirs jusqu'en haut de tes cuisses... Ta culotte est déjà dans ma poche...

bottom of page