top of page

Promenade

Promenade bucolique...

Promenades...

Promenade érotique...

Promenades...


Te prendre dans ce décor... attachée à l'arbre... Bas noirs jusqu'en haut de tes cuisses... Ta culotte est déjà dans ma poche... Ta chatte, encadrée comme un tableau par ton porte-jarretelles noir me fait bander. Tes seins se tendent vers moi, pointes érigées. Tu es belle Rose-Marie.

Tu ressens en toi tout mon désir. Tu reçois tout mon désir. Tu me regardes avancer vers toi. Tu ouvres tes jambes déjà caressées par tes bas. Tu attends que je te touche. Tu tends ta poitrine vers moi. Tu bascules ton bassin, impudique tentatrice.

Tu te sais libre... désirable.

Tu veux l'être.

Ton corps me provoque, ta sensualité me parle. Ton amour de l'amour. Ton amour du sexe.

Ma queue jaillit, je la caresse. Je me branle lentement à quelques centimètres de toi... de ton ventre... de ta chatte frémissante... Tu me regardes avec envie.

Je passe derrière l'arbre et dépose mon sexe dans tes mains. La chaîne qui relie les menottes dont tu es parée est assez lâche pour que tu puisses t'emparer de ma queue et la caresser. Mes mains à moi sont libres, l'une vient se saisir de tes seins. Je les caresse tour à tour, je les presse, je sollicite tes mamelons, je les pince, tire doucement pour les rendre encore plus durs et tendus.

En même temps, mon autre main, que tu croyais encore sur tes seins est déjà sur ta rose-fleur. Ta respiration s'accélère, ta poitrine se soulève à son rythme. J'adore la caresser. J'adore caresser ton sexe excité. J'adore caresser ton corps.


Je suis toujours derrière toi, mes doigts écartent tes lèvres intimes. Tu mouilles en ondulant du bassin, comme pour ouvrir le chemin à mes doigts envahissants. J'approche ma voix de ton oreille pour te chuchoter les mots de mon envie de toi. Tu fermes les yeux et tu t'abreuves de mes paroles. Tu mouilles. Je veux ta mouille sur ma langue, ma bouche... Ma bouche qui vient se plaquer sur ton infinie douceur et qui recueille chaque frémissement, chaque onde du plaisir qui te rend encore plus belle. Ma langue ne se lasse pas de provoquer tes gémissements, léchant ton clitoris, le suçant, le gobant. Tu gémis de plus en plus fort. Il est temps que tu me suces. Les menottes qui relient tes poignets derrière le tronc te permettent de t'agenouiller sur le tapis de feuilles au pied de l'arbre. Tu ouvres la bouche et j'y glisse ma queue. Tu me suces. Tu n'as que ta bouche pour me donner le plaisir, ta bouche que je baise en agrippant ta crinière brune, imposant la cadence.

Oh comme je bande pour toi !

Tu reviens sur mon gland, tu le gobes, tu le suces, tu prends ma queue jusqu'au fond de ta gorge. Je ne veux pas jouir dans ta bouche, je me dégage et te relève. Je veux jouir avec toi, en toi. Je t'enlève les menottes pour aussitôt te les remettre, mais cette fois tu es face à l'arbre, à quatre pattes.

Cul offert... Chatte offerte... Cul sublime que je touche, claque, caresse... Mes doigts se promènent entre chaque fesse, s'attardant sur ton petit trou, reviennent écarter tes lèvres intimes, te laissant présager d'une pénétration profonde. Celle que tu attends. Que tu désires. Celle qui te fera te sentir libre d'aimer être prise... libre d'aimer t'offrir à moi.

J'entre en toi et je te baise avec ardeur... Je veux te posséder dans ta force et ta fragilité, celles que tu libères dans ces moments follement intenses.

Oh comme j'aime être en toi !

Te donner et te recevoir...


- Je vous jouirai !

- Je vous tremblerai !

- Je vous crierai !

- Je vous aimerai !

- Aimez !

- Jouissez !

- Tremblez, criez, tordez-vous de plaisir !

- Savourez ce moment où les âmes se fondent dans le plus beau des orgasmes !

- Aimez.

80 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Il aimait son regard...

Divine funambule en équilibre sur l'étalon... et les talons de ses souliers rouges...

Veux-tu savoir ?

Tes cris étouffés, ton corps excité oscilleront entre douce-douleur et violent-plaisir.

bottom of page