top of page

Go Down Under - Episode 2.1

Une piqure de réalité, ça ne fait pas de mal!!


— Bordel ils ne connaissent pas les antivirus ou bien?! Lança Gill en claquant la porte.

— Hum hum...Mais dit m’en plus… Lui demandais-je, noyée dans ma documentation

— Les gens qui m’ont appelé et qui se plaignaient que leur ordinateur affichait des pubs du style “Filles coquines dans un rayon de deux kilomètres” ou encore “T voisine a envie de toi”, le machin était totalement VÉROLÉ ! Aussi vérolé qu’une fille de joie sous l’époque Victorienne.

— Je vois l’image…

— Il m’a fallu trois programmes antivirus et quatre antispam rien que pour le nettoyer. Ça s’était incrusté dans leur PC, une vraie galère. Et je crains avoir foutu le bronx dans cette famille vu que j’ai affirmé que ce genre de virus ne se trouve que sur certains sites assez...spécifiques. Tu sais, ces sites avec des catégories ultra précises et douteuses comme des femmes obèses ou aux vêtements mouillés, voire des “combats” dans de la boue. Et ils sont que trois, père, mère et gamin de treize ans. En plus en voyant la déco chez eux ça sentait la famille assez puritaine.

— C'est-à-dire?

— Ben quand tu vois des rosaires sur les meubles, une croix du Christ clouée sur un mur et un portrait de la Vierge dans le salon… Sans compter que l’épouse avait des allures à la Bree Van De Kamp

— Et le mari? Plutôt Rex ou Orson?

— Je ne sais pas je ne l’ai pas vu.

Je le vis se servir de l’eau parfumée Citron/Menthe que j’avais faite hier. Je levais la tête en le voyant s’avancer vers moi et il me fit un petit baiser.

D’ailleurs, ça me rappelait qu’il était passé chez cette famille après son rendez-vous chez sa psychiatre.

— Au fait, ça a donné quoi ton rendez-vous chez ta psy?

— Elle est très contente ! Dit-il en s'asseyant à côté de moi. On va espacer les rendez-vous. Au lieu d’y aller tous les quinze jours, je vais y aller une fois par mois. Ah! Je lui ai aussi dit pour nous deux. Elle nous a félicité. D’ailleurs, elle aimerait nous voir tous les deux. Elle veut voir notre dynamique et te sensibiliser à la dépression.

— Pas de soucis.

Je me levai pour m'asseoir sur ses genoux. Mes bras se mirent autour de son cou et un des siens sur ma taille. Je lui volai un chaste baiser.

Notre couple était encore récent, mais comme ça faisait environ onze mois que je vivais sous le même toit que lui, j’avais l’impression de le connaître par cœur. Il avait retrouvé un peu plus de sa joie de vivre. Bien sûr, être amoureux ne soignait pas la dépression. Sinon l’amour serait une thérapie… On ne peut sortir de la dépression que si on le décide et surtout si on se fait aider par un professionnel. Et je veux bien sûr parler d’un psychiatre diplômé ! Sa fragilité de l’époque m’avait poussé à annuler mon voyage à Sydney juste pour être auprès de mon -administrativement- host-dad. Quelque temps plus tard, Gill m’offrait ce road trip unique et inoubliable. Malgré qu’il soit encore sous traitement antidépresseur assez lourd. Il conduisait en petites étapes, on faisait très régulièrement des pauses avec des micro siestes. Bref, malgré sa dépression encore assez présente à ce moment-là, il m’avait offert ce beau cadeau.

— Tu faisais quoi au fait ? C’est quoi tous ces papiers ?

Noyée dans des sites répertoriant des visas en tous genres, j'avais passé la matinée la gorgée compressée. J’étais dans une impasse administrative, et je ne trouvais pas d’outils pour me creuser une issue.

— Je crois qu’il y a un problème...

— Comment ça ?

— Je ne peux pas renouveler mon WHV. Je n’ai pas fait de travail éligible... Je cherche à basculer sur un autre visa mais je ne sais pas lequel. Je suis perdue...

Il me fit me lever et étudia le tas de papier que j’avais imprimé ce matin. Il était en partie stabiloté en bleu et des feuilles à petits carreaux étaient griffonnées, raturées et gribouillées. Il se pinça un peu les lèvres, noyé dans sa réflexion.

—Le Sponsored Family Visa... Hum...Ils parlent de parrainage mais c’est famille d’accueil ou n’importe quel citoyen australien? Sinon Joakim connait quelqu’un qui bosse à l’immigration, il doit avoir son numéro. On ira lui demander cet après-midi. Pour ce qui est de la résidence permanente, je préfère qu’on ne précipite pas les choses. Il faut nous assurer que nous deux ça marche.

— Mais ça fait presque un an qu’on vit non stop sous le même toit. C’est comme si on se connaissait par coeur.

Amber…

Oui il “anglophonisait” mon prénom

—...être ami avec une personne et être en couple avec elle, ce n’est pas du tout pareil. Alors oui, on vit ensemble depuis presque un an, oui on se connait presque par coeur, oui on est maintenant ensemble, même si aux yeux de la loi je suis ton host-dad. Mais il faut voir si cette nouvelle dynamique tient, si nous deux ça peut marcher en tant que couple.

— Ben ça marche bien non?

— Oui parce qu’on est encore dans la phase “lune de miel”. C’est beau, c’est mignon, on se fait des câlins, on se tient la main, on est un peu cucul la praline, on fait l’amour presque tous les soirs voire à la moindre occasion. Malheureusement mon expérience m’a montré, non sans une certaine cruauté, que l’amour, même si tu le veux, il ne dure pas forcément. Mais ne me fait pas dire ce que je n’ai pas dit, je t’aime vraiment, Amber. Je t’aime sincèrement et profondément. Je ne veux pas que tu en doutes. Mais il faut rester dans la réalité. On a au moins vingt ans d’écart.

— Mais il y a des couples avec une grande différence d’âge qui durent…

J’avais une boule à la gorge. Je savais bien qu’il avait raison, qu’il était bien plus réaliste que moi sur notre écart d’âge. Et son expérience lui a fait ouvrir les yeux sur la force et la fragilité de l’amour, il peut durer comme il peut s’arrêter du jour au lendemain.

Sa dernière relation s’était arrêtée comme si on avait pris un vase et qu’on l’avait fracassé contre un mur en laissant la rose se faner sans connaître sa véritable valeur.

— Oui, bien évidemment. Il faut juste qu’on s’assure que notre dynamique tienne et soit durable. Et on va tout faire pour ça.

Mes yeux me piquaient. La réalité était brutale, mais bénéfique.

Je versais une larme qu’il essuya aussitôt de son pouce.

— Oh non darling, ne pleure pas. Je ne voulais pas te faire de peine.

— Je ne t’en veux pas. Tu es juste réaliste… Moi aussi je t’aime fort et j’ai envie que ça dure entre nous. Tu sais, j'ai l'image de l’amour comme étant une fleur, une jolie rose rouge. Et les attentions sont l’eau du vase, et le vase en lui-même. On change l’eau pour en mettre une nouvelle plus propre, on change de vase pour un plus beau, ou une petite décoration comme un ruban, une petite guirlande autour du vase etc…

— Je vois ce que tu veux dire, ma petite rose.

— Alors cultivons notre amour chaque jours.

Il remit une mèche de cheveux derrière mon oreille et me vola un baiser avant de regarder la mer de papier qui ornait la table.

— Je vais appeler Joakim. On pourrait passer chez lui s’il est libre.

Après cet interlude romantique, Gill alla chercher son téléphone et appela son ami pendant que je rangeais mes papiers dans une chemise en carton. Mon ventre grognait. A croire que j’avais une horloge dans l’estomac, celle de la cuisine affichait midi moins le quart.

Son portable posé sur le plan de travail en haut-parleur, la voix de son ami explosa dans la pièce à vivre dans un fond de gazouillements et d’éclats de voix infantiles.

— Hey Gill!! How you doing?

— Nice, nice! Dis-moi, t’es libre cet après-midi ?

— Euh logiquement oui, pourquoi ?

Amber a un problème de renouvellement de visa, et vu que tu connais quelqu’un qui bosse à l’immigration on aimerait avoir quelques tips.

— Vous pouvez passer après quatorze heures une fois que les petits seront couchés. Tu les connais, dès qu’ils te voient ils sont intenables. Alors que c’est déjà la galère pour les...Zachariah! Descends du canapé !

— Tu veux peut-être que je te rappelle plus tard ?

— Non non c’est bon. Je te dis que tu peux pass... Zachariah! Si je t’ai dit de descendre du canapé, c'est valable pour la table basse !!

Voir des parents avec des enfants qui bougent et crient, il n’y a pas mieux comme moyen de contraception. Non pas que leurs deux enfants soient intenables ou mal élevés, juste qu’ils sont énergiques… Puis à cet âge-là ça découvre le monde, ça veut tout savoir.

— Tu veux qu’on continue par WhatsApp? T’as l’air occupé avec ton gamin

— Non t’inquiètes. Donc si tu veux tu peux passer comme je t’ai dit. En plus on a fait trois courses ce matin, on a pris des gat… Sarah! Pas les Lego dans la bouche!!

— Bon va pour quatorze heures. Je pense même qu’on va passer au demi pour être sûrs qu’ils soient couchés.

— Ça marche. A tout à l’he...Ooouuuuuh elle va tomber!

Je ne pouvais m’empêcher de rire en sortant une grosse laitue du frigo avec deux tomates, des pommes de terre déjà cuites et des bouts de blancs de poulets en train de mariner dans de la sauce soja salée et de l’huile de sésame.

— Pas facile d’avoir une conversation avec des gosses autour.

— En plus, c'est bientôt l’heure de manger. Ils doivent courir pas loin de leur mère et répéter toutes les trente secondes “quand est ce qu’on mange?” ou “j’ai faim!” comme si ça réduisait le temps de cuisson.

— Pour après dire “j’ai pas faim” devant leur assiette de légumes verts.

— Et ça a faim que pour le dessert.

Pendant que je m’occupais de paner les blancs de poulet que j’avais coupé en petites bouchées, Gill était en train de s’occuper du reste. Vu les trente-cinq degrés annoncés pour cet après-midi, il valait mieux manger léger.

Il ne put s’empêcher de me pincer les fesses en allant rincer les feuilles dans l’évier.

— Hé! Espèce de vicieux! Dis-je faussement choquée

— Oh tu ne t’en plaignais pas hier soir.

— Fripon va.

— Merci du compliment.

Au contraire, sa libido enfin éveillée était rassurante. C’était bon signe. Il savait m'honorer et m’écouter. Doux et vigoureux à la fois. Il pouvait se montrer infatigable, comme une soirée où il a réussi à me faire l’amour trois fois de suite -bon avec des pauses entre chaque moment d’amour évidemment. L’euphorie du début de notre couple, sans doute.

D’ailleurs, je n'en avais toujours pas touché un mot à ma famille restée en Belgique. Non pas que je n’assumais pas, juste que je craignais leur réaction. Ils sont du genre surprotecteur. Et savoir leur fille/petite fille/nièce en couple avec son host dad, ancien dépressif et âgé de vingt ans de plus… Imaginez le bordel!!

36 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page