top of page

Reste encore

Reste encore un peu dans mes bras, serre-toi contre moi.

Reste allongée tout près de moi, je veux sentir la chaleur de ta peau, la douceur de ta cuisse repliée sur mon bassin.

Je veux sentir les battements de nos vies.

L'empreinte des cordes qui maintenaient tes cuisses ouvertes s'estompe peu à peu.

Reste encore.

La douceur de ta poitrine sur ma peau, tes seins dont les pointes sont encore dressées, reposent contre mon cœur.

Oh comme j'ai aimé les prendre dans ma bouche tout à l'heure ! Comme j'ai aimé les sucer!

Tu étais si belle, si sensuelle, encordée face à moi, prête à mes caresses. Ton regard était doux, tu attendais que je te touche. Tes seins entravés, rendus encore plus arrogants provoquaient mes mains, ma bouche, et c'est en pinçant doucement leurs pointes que tes râles prirent naissance, feulements de féline impatiente.

Impatiente de sentir mes doigts jouer avec ton infinie douceur, la caresser, la tapoter au rythme de tes soupirs, la pénétrer, la faire vibrer de plaisir...

J'aime ta chatte, douce et sauvage.

Tes gémissements devenaient douce plainte. Offerte comme tu l'étais, je ne songeai qu'à te prendre !

Je voulais être en toi, partager sensations et volupté.

J'ai senti ton corps vibrer quand ma queue, tendue et ferme s'est enfoncée en toi, les cordes libérant une forme d'animalité, de vibrations, d'énergie, de fougue... Je t'ai prise comme tu aimes l'être, avec cette douce-brutalité qui t'a fait crier de plaisir, qui m'a fait jouir en toi sous les spasmes de ton sexe sublime.

Reste encore un peu.


RIO

33 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Perles...

Son collier de cuir noir, signe de sa dévotion, lui allait à merveille.

Cet automne...

Sitôt entrée, j’ôtais mes habits comme s’ils me brûlaient, enfilais une chemise de nuit, me jetais sur mon lit et ouvrais mon livre.

Comments


bottom of page