top of page

Les voix romaines ne sont pas impénétrables - 3.

Une porte claqua.

Francesca ?... Rose-Marie ?... Francesca ?... Où êtes-vous ?...

La voix de Don Fiore retentissait dans le salon. Il avait les clés.

Les deux femmes se regardèrent en souriant. Elles l'entendirent entrer dans la chambre rose y déposer les valises qu'il était allé chercher à l'hôtel.

Mon Père, appela Francesca, nous sommes là... apportez-nous une coupe... Le Champagne est au frais, vous connaissez la maison...

Le prêtre ne se le fit pas dire deux fois, et ne tarda pas à franchir le seuil de la salle de bains, une bouteille et trois verres posés sur un plateau.


Ne vous dérangez pas jolies sirènes. Continuez je vous prie et buvons à cet instant béni.

Don Fiore, après avoir vidé sa coupe, la remplit à nouveau et en fit lentement couler le contenu sur les seins de Rose-Marie. Le contact du liquide frais et pétillant fit se dresser encore davantage ses tétons sensibles ainsi humectés.

Francesca se pencha pour en recueillir le goût en léchant les mamelons tendus.


Don Fiore s'éloigna, les laissant à leurs libations. Il ouvrit une petite mallette qu'il avait gardée avec lui et en sortit un collier de cuir noir, clouté d'étoiles argentées. Il revint le passer délicatement au cou de Francesca et lui intima :

Va te préparer, et attends-nous dans la chambre.

Elle savait qu'il ne la tutoyait que lors de leurs jeux de nuit.

C'était l'annonciation de torrides échanges.

Elle s'éclipsa, obéissante.

Resté seul avec Rose-Marie, Don Fiore lui apporta une serviette et la fit sortir de l'eau.

Il était torse nu face à elle et la regardait essuyer son corps, ses jambes par-dessus ses bas noirs, soulever ses seins pour y passer lentement le tissu. De même que sur ses parties intimes où elle s'attardait lascivement.

Le prêtre lui prit la serviette. Rose-Marie continua à effleurer son sexe de ses doigts pendant qu'il lui mettait son collier noir. Elle savait qu'une fois "harnachée", elle devrait le sucer sans délai.

Elle se mit à genoux, ouvrit la bouche et attendit.

La queue de Don Fiore ne tarda pas à se présenter, monumentale. Elle l'engloutit et se mit à la sucer comme si sa vie en dépendait. Elle aimait sentir la chair dure remplir sa bouche et glisser entre ses lèvres serrées... Elle aimait passer sa langue sur les bourses gonflées, remonter lentement jusqu'au gland et en laper la couronne...

Don Fiore était aux anges. D'autant plus qu'une douce musique se faisait entendre depuis la chambre où les attendait Francesca.

Relève-toi. Il est temps de rejoindre notre amie.

Il alla chercher une fine chaîne qu'il relia au collier de Rose-Marie.

Ils firent une entrée digne de figurer dans une orgie de Caligula : elle, tenue en laisse, et lui, tenu par la queue.

42 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page