top of page

J'ai envie de vous

Approchez-vous, ôtez vos vêtements, ne gardez que votre lingerie rouge, vos bas noirs.

Je vous observe.

Baignée de lumière douce vous êtes très désirable, mon regard enveloppe votre corps, mes yeux caressent votre visage, votre bouche, se posent sur votre épaule que barre la bretelle du soutien-gorge, rouge, qui enrobe vos seins, légère étoffe dont la couleur se fond avec celle de vos tétons dressés, pointant sous le tissu.

Mon regard poursuit lentement les courbes tentatrices de vos seins pour rejoindre celles de vos hanches, et s'arrêter à cet endroit.

Cet endroit, revêtu lui-aussi de tissu rouge couvrant très sommairement votre intimité.

Je vous regarde.

Vous desserrez légèrement les jambes tout en avançant votre bassin de façon naturelle. Invitation lancée à venir y poser autre chose que mes yeux.

Vous savez que je bande... Vous le savez...


Lentement je passe derrière vous, je dégrafe votre soutien-gorge.

Je regarde votre dos, vos fesses entre lesquelles disparaît la ficelle rouge.

Je vais la chercher doucement et tire dessus pour descendre ce tissu, dernier rempart de pudeur non désirée.

Vous êtes nue, seuls vos bas noirs vous habillent.

Je vous fais face à présent et je regarde votre corps.

Mes yeux s'attardent sur vos seins. Avec arrogance ils me provoquent, leurs pointes dressées me mettent au défi de résister à les combler de caresses.

Je résiste.

Alors avec lenteur, vos mains remontent le long de votre ventre et s'emparent de votre poitrine. Vous me regardez, avec un sourire à peine esquissé, pendant que vous caressez vos seins, les frôlant, les pressant, pinçant leurs tétons.

J'aime vous voir vous caresser.

Il est vrai que mon érection ne faiblit pas et que mon corps désire le vôtre.

- Touche-toi, vous dis-je d'une voix douce.


L'une de vos mains délaisse vos seins et vient se poser sur votre chatte humide. Vous vous allongez sur le dos, écartez vos cuisses relevées et s'ensuit le ballet de vos doigts agaçant votre clitoris, le pinçant, écartant les lèvres de votre sexe, jouant de cette délicieuse pudeur-impudique.

Votre respiration n'en a cure et accompagne vos mouvements de soupirs, vos doigts pénètrent votre chatte et ressortent mouillés de votre désir.

Vous les tendez vers moi, je m'agenouille entre vos cuisses et les prends en bouche. Ils reviennent à votre sexe ouvert, s'enfoncent encore et encore... Et frôlent encore et encore mes lèvres...

Divin nectar que, n'y tenant plus, je décide d'aller boire à la source.

Ma bouche se pose sur votre chatte offerte et vos mains soutiennent vos cuisses relevées.

Je lèche votre infinie douceur retrouvant le goût de vos doigts, le goût de votre mouille. Votre clitoris, gonflé de désir se dresse sous ma langue, chaque vibration de votre sexe envahit mes sens. Ma langue s'enfonce en vous, les mouvements de votre bassin sont sans équivoque, vos soupirs s'accélèrent. Vos mains sur ma tête la guident, plaquant ma bouche contre votre chatte. Cambrée et vibrante de sensations.

Dans un souffle vos mots me parviennent :

- Prends-moi !!!

Je me redresse et j'enfonce ma queue d'un seul mouvement. Votre chatte est trempée et je glisse en vous, vous arrachant un son rauque qui se transforme vite en plaintes aiguës, plaintes de plaisir qui s'accordent avec les mouvements parfois bruts de ma queue dure et tendue en vous.

Ma queue qui vous prend, qui se berce des soubresauts de votre corps, à l'écoute de vos gémissements, qui vous fait l'amour.

Nous savons que la jouissance est proche, et vous enchaînez de plus belle les va-et-vient de votre bassin, accompagnant et stimulant ceux de mon pénis jusqu'à exploser de vibrations, de sensations, de tremblements incontrôlables, de cris libérateurs.

Nous jouissons... Nous jouissons...


J'ai envie de vous...

54 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Cet automne...

Sitôt entrée, j’ôtais mes habits comme s’ils me brûlaient, enfilais une chemise de nuit, me jetais sur mon lit et ouvrais mon livre.

bottom of page