top of page

Relève le bas de ta robe.

La fine étoffe de soie qui recouvre ton sexe sera ton seul rempart contre les tapotements de ma ceinture de cuir.

Passe tes doigts sur ta chatte. Excite-moi, fais-moi bander encore plus fort. Prépare ton sexe à recevoir ma queue.

Tu es ma salope-soumise et tu me provoqueras jusqu'à ce que je baise ton cul sublime après avoir pilonné ta chatte magnifique et ta bouche divine.


Et puis ce sont tes seins que tu caresses, debout face à moi.

Tu les enveloppes de douceur, ou fermeté, comme le feraient mes mains.

Nos mains pétrissent tes seins, nous étirons leurs pointes divines qui se dressent sous nos doigts, prêtes à recevoir leurs ornements.

Mais avant de les malmener, c'est ton collier que je passe autour de ton cou et la laisse que je tiens te tire vers le bas.

Sois ma chienne soumise.


À genoux devant moi, tu attends.

Je déboucle ma ceinture de cuir et la fais glisser autour de ma taille.

Tu me regardes. Provocante et tellement excitante.

Le cuir touche ton épaule et descend jusqu'à la naissance de tes seins. Tes mamelons sont tendus et ta respiration s'accélère lorsque la boucle de métal les titille avec fermeté, les caresse, s'attarde sur leurs pointes. Les pinces que je viens d'y placer avec précaution les tirent, les serrent.

Tu gémis.


J'empoigne tes cheveux et te place à quatre pattes.

C'est ton cul sublime que je veux voir attendre.

Attendre quoi ?

Le premier coup de ceinture ?

La première caresse ?

Le premier doigt qui s'enfonce ?

Tu es impatiente.

Tu es ma pute.


Tu saisis tes fesses rondes et belles pour ouvrir ta fente alléchante et ton petit trou. Tu écartes ta culotte et attends.

Lentement je la remets en place et tapote ta chatte du plat de la main. Tu respires fort et ton corps se tend lorsque le cuir s'abat de façon mesurée sur le tissu trempé de toi... de ton désir.

Chaque tape te libère et tu te cambres.

Oh cette impudeur créatrice d'indécence!

Oh comme tu es belle d'être offerte!

Ma main s'avance sur ton cul sublime et caresse ton intimité trempée. Tu es si excitée de t'abandonner à mes désirs.


Avec ménagement je tire sur ta laisse. Aussitôt tu te retournes pour prendre en bouche mon sexe tendu, mais je maintiens délicatement ta tête en arrière et me dégage :

- Je t'interdis de me toucher autrement qu'avec ta langue.


Alors tu croises tes poignets dans ton dos et tu deviens "sweet and wild". Ta langue, sauvage et douce sur mes bourses, remonte le long de ma raideur, s'attarde sur les veines gonflées qui la parcourent. Elle devient ta proie. Tu joues aussi de ce pouvoir que nous aimons partager. Tu procèdes avec ferveur et sensualité... Voluptueuse... Heureuse chasseresse prodigue de caresses.

Oh comme je te désire !

J'aime te voir ainsi.

Soumise.

Esclave dévouée.

Salope obéissante.

Complice de nos jeux de nuit.


Ta langue titille mon gland, ta salive chaude enveloppe ma queue, tu la lèches, la gobes pour l'engloutir avec art.

Je saisis tes cheveux et tire ta tête en arrière :

- Allonge-toi, enlève ta culotte et ouvre tes cuisses.


C'est avec une grâce envoûtante que tu fais glisser la fine étoffe le long de tes jambes, les maintenant en ciseaux, telle une danseuse aguicheuse. Les écartant enfin, en attente de délicieux supplices.

Ta chatte, abondamment mouillée accueille aisément un premier doigt explorateur, suivi d'un second. Puis un troisième, enduit de ta liqueur chaude vient se glisser, entraînant les autres avec précaution au fond de ton sexe béant.

C'est mon poing tout entier qui s'est introduit et qui remue doucement en toi, arrachant soupirs et râles de plaisir... Soubresauts... Frémissements... Vibrations de nos âmes, elles aussi complices... Offrande qui s'abandonne à chaque ondulation de ma main...

Mon poing bouge en toi, tu te tords de plaisir.

Tu es comme au bord d'un plongeon dans un vide... Je sens venir ta jouissance à travers les ondes de ton sexe serré... Serrement de mon jeu de paume... Tes seins dansent... Ta bouche rouge réinvente le cri... Tu te redresses, regardes ton sexe trembler...

Déesse nue, tu jouis...tu jouis... tu jouis !...

54 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Il prit le temps de savourer son corps du regard dans la lumière douce qui enveloppait la pièce.

Jamais un homme ne m’a autant affriolée et je ne sais toujours pas si je peux aller plus loin avec lui.

bottom of page