top of page
  • Photo du rédacteurAdmin

Quand la littérature érotique fait salon…

Alex de Landes nous livre ses ressentis.


Le 27 novembre, c’était le Salon de la littérature érotique! Trois ans que je n’y étais pas retournée, et bien qu’ayant déjà un dimanche bien rempli, j’avais très envie d’y passer. Peu d’événements parisiens réunissent ainsi des auteurices et producteurs de contenu autour du désir et de la sexualité, et c’est aussi l’occasion de revoir les habitués, et de mieux connaître celles et ceux qui s’intéressent à ces sujets.

Bien qu’arrivée tardivement, j’ai trouvé, comme à l’habitude, une salle de la Bellevilloise bruissante de monde et de rires, d’objets et livres tentateurs aussi!

Accueillie dès l’entrée par le grand kakémono de mon ami Alexis, créateur du podcast érotique le Son du désir, j’ai plongé sur ses sucettes -si, si- avant de répondre aux questions de quelques auditrices -parce qu’en plus d’avoir de bonnes sucettes, Alexis m’a cette année permis une chouette collab en me proposant d’écrire plusieurs épisodes de ses sulfureux “Allô, ma chérie?...”

Parler donnant soif, nous nous sommes naturellement dirigés vers le bar où des “cocktails aphrodisiaques” étalaient leurs promesses : une “brouette enflammée” pour moi, dont le rhum glissait tout seul avec un soupçon de jus de gingembre, et des notes de passion, forcément…

Il était temps de faire un tour un peu approfondi dans les allées du Salon, pour aller découvrir les auteurices présents et saluer les figures des comptes que je suis avec plaisir sur Instagram : Emmanuelle des ateliers d’écriture Eros écriture érotique, dont le stand bruissait de mots doux ou plus crus prononcés au creux des oreilles des participant.e.s, et Colette se confesse, podcasteuse qui m’a parlé de son calendrier de l’avent, parfait pour enflammer la froideur de décembre…

Parmi mes jolies découvertes, la BD “Adan” de Clara Néville et Alban Sapin, et le plaisir de flâner entre les piles de titre de la librairie La Musardine, sur la mezzanine. Ainsi que le stand Lelo, en majesté sur l’estrade, qui donne toujours plein d’idées de cadeaux…. à s’offrir ou se faire offrir! A peine le temps de retrouver les ami.e.s présent.e.s également, de faire la connaissance de Cédric, des Agents Coquins, de saluer Flore Cherry, l’hôte des lieux, inratable dans un somptueux tailleur pantalon rose vif… et c’était déjà l’heure de la lecture d’Alexis!

“Celle que j’attachais”.... un texte flirtant entre séduction et BDSM, à raconter au micro devant un auditoire de curieux, l’exercice est tout sauf simple - j’en ai fait l’expérience il y a trois ans en partageant ma nouvelle “Trouble Je”. Mais Alexis s’en est très bien sorti en jouant habilement avec son public… consentant!

Quelques notes de musique avec Clara Néville, les résultats des jeux et il fallait déjà remballer - à quand un after, d’ailleurs?!

Mettre des visages sur des noms, pouvoir parler d’érotisme avec évidence et simplicité, et rencontrer d’autres amoureux des mots qui attisent le désir : c’est tout ça, pour moi, le Salon de la littérature érotique. Vivement l’édition 2023!

Alex de Landes.


Alex de Landes

Mots crus et peaux à nu.


Twitter : @alexdelandes



On a recueilli également les impressions d'Alexis Himeros, la voix du Son du Désir Podcast dont parle Alex de Landes.


" Le stand c’était super Beaucoup de monde. J’aime prendre le temps de savoir ce qui a incité chacun à se rendre au salon. Les personnes sont parfois surprises qu’on s’intéresse à elles. Ça permet de les ouvrir à l’intime et leur présenter ce qu’on crée, la connexion est ainsi réalisée. J’adore rencontrer du monde.


(Au sujet de la lecture clôturant la soirée dans l'endroit réservé aux conférences), ce qui m’a frappé quand je me suis emparé du micro c’est le bruit du hall qui filtrait jusqu’à l’espace des rencontres. J’ai eu du mal à me concentrer car je m’entendais mal alors je me suis dit : avance un peu - peut être tu entendras mieux plus loin. Et là pour combattre ma timidité violente, j’ai fait le show ! C'était très chouette. Mon seul regret c’est d’avoir eu peur de dépasser le temps qui m’était accordé et j’ai un peu accéléré mon débit vocal. Sinon ce fut une formidable rencontre avec le public présent. "


Rendez-vous est pris pour l'an prochain... et pourquoi pas à l'occasion d'une lecture publique avant. Pour les amateurs de podcasts, il y a le blog..


L'équipe de Bonjouir a flâné également entre les conférences, les stands - Lelo, Le Son du Désir, les ateliers...


26 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Perles...

Son collier de cuir noir, signe de sa dévotion, lui allait à merveille.

Cet automne...

Sitôt entrée, j’ôtais mes habits comme s’ils me brûlaient, enfilais une chemise de nuit, me jetais sur mon lit et ouvrais mon livre.

Comments


bottom of page