top of page
  • Photo du rédacteurBleue

Papier vergé vs feuillet origami fleuri - Jeux de mains, jeux de vilains

L’écran était à présent… noir. Comme quand on est au cinéma et que la bobine du film se termine. L’effet était pareil. Noël se retrouvait ballot, le sexe entre les doigts, avec, comme une furieuse envie de jouir mais… non. Ce désir auquel les deux jeunes filles l’avaient soumis avait à présent chuté d’un coup… Il fallait absolument qu’il remédie à la situation.

C’était un hasard, aussi, qu’il ouvre les fichiers dans cet ordre mais le hasard avait bien fait les choses, en somme. D’abord, ces quelques mots écrits avec ces questions qui se bousculaient dans son esprit. Ensuite, les photos : même s’il ne les avait pas toutes regardées, ces corps jeunes et dénudés avaient encouragé l’homme à ouvrir l’audio. Et puis, oui, parlons de ce qu’il avait entendu : des bruits mouillés très excitants. Pour terminer, le petit film : sa petite vicieuse d’Eulalie qui avait sucé la non moins perverse Virginie…

La fin promettait d’autres dépravations, d’autres plaisirs. D’abord, celui que les demoiselles se donneraient entre elles. Ensuite, la manière dont lui, Noël, serait excité.

Il y réfléchissait à présent. Comment les choses auraient- elles pu se dérouler ? Par cam ? En vrai ? Comme il avait le numéro de portable d’Eulalie, il décida de lui envoyer un sms. Il verrait comment elle réagirait. Au besoin, ils se téléphoneraient pour régler les détails.

« A 3… Comment ? Je vous appelle ? Noël. »

Eulalie regardait l’écran de son smartphone. Le poisson avait mordu à l’hameçon. Il fallait qu’elle se décide, à présent. Plusieurs possibilités s’offraient à elle. D’un côté, elle avait envie de marquer le coup en jouant vraiment avec les nerfs de l’homme et cela, c’était assez facile. De l’autre, elle avait envie de prendre son pied. En sachant que sentir Noël à sa merci, ce serait déjà très jouissif, il fallait qu’elle choisisse ce qui serait le plus …. pour lui. La voir avec Virginie, ou une autre. Ou avec un partenaire masculin qu’elle se choisirait elle- même. Elle ne voulait lui laisser aucune possibilité de décider quoi que ce soit. C’était à elle à le dominer.

Elle composa donc le numéro de Noël.

« Allo, Noël ?

— Bonjour Eulalie. Tu m’as devancé. Alors, explique- moi pour ce fameux jeu en trio…

— Je suppose que la vidéo vous a plu…

— Bien sûr, comme tu peux t’en douter.

— Je me demandais si nous pouvions … jouer à trois et comment nous le ferions.

— Tu veux parler de… m’exciter… comme vous l’avez fait Virginie et toi ?

— Oui… et même… euhhh

— …

— Par cam ? En vrai ? Quand ? Où ? Vous voyez, il y a pas mal de choses à convenir….

— Il est vrai que pouvoir vous mater toutes les deux a eu un effet certain sur… Enfin, je ne dois pas te faire de dessin. Dis- moi ce que tu serais d’accord de me proposer.

— J’en parle à Virginie et vous tiens au courant dès que possible. Ça marche ?

— Ok. J’attends de tes nouvelles. Tu n’hésites pas à m’appeler, hein…

— Non non.

Voilà, le jeu avait commencé. Elle sentait que même s’il avait joué le distant, il était mûr à point. Comme elle voulait vraiment tirer avantage de la situation, elle en parlerait à Franck, un homme avec qui elle avait passé des moments torrides… il n’y a pas si longtemps. Lui, avec son goût pour le sexe et l’exhibition, il serait d’accord de se prêter à ce genre de chose. Et Noël n’avait qu’à bien se tenir , c’était le cas de le dire.



« Piégée, la voilà piégée, ma petite Eulalie. Je vais pouvoir m’en donner à cœur joie. Les mater, elle et son amie Virginie…. Hmmmmm. »

Il imaginait déjà les jeunes filles, nues, offertes à lui, se livrant à de petits jeux sensuels rien que pour ses yeux. Il ne savait pas si elles se donnaient en spectacle uniquement pour l’exciter ou si elles avaient bien une relation intime.

Il attendit donc des nouvelles d’Eulalie.

Cela arriva deux jours plus tard, sous la forme d’un sms. « Notre partenaire de jeu me demande si vous préférez nous regarder via webcam ou si nous faisons un saut à Paris prochainement. Baisers. Eulalie. »

Cette fois, ce fut lui qui appela la jeune fille.

— Bonjour ma chère.

— Bonjour Noël. Alors ? Vous préférez quoi ?

— Un WE à Paris. Vous logerez chez moi, bien sûr, comme la dernière fois et je vous invite au resto. Ensuite…

— Le dernier WE de juin, les 23 et 24 ?

— Ok. C’est parfait. Vous me direz pour votre heure d’arrivée. »

L’échange téléphonique se conclut par un à bientôt de part et d’autre. Noël sourit, les yeux dans le vague. Il imaginait les doigts d’Eulalie pinçant les tétons rose pâle de Virginie. Il imaginait la tête d’Eulalie juste contre le pubis de Virginie, parfaitement épilé. Il imaginait la bouche d’Eulalie jouant avec l’abricot de Virginie. … Il ferma les yeux en soupirant. Sa main droite descendit jusqu’à son entrejambe. Il était déjà raide…

33 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page