top of page

Mon obscène reflet

Quand je l'ai vue arriver avec ce miroir, j'ai cru qu'elle avait perdu la tête. Cela a beau être ma meilleure amie, il m'est impossible de croire à son histoire abracadabrante. Néanmoins je suis troublée par son récit qui s'est maintenant mué en obsession. Je dois vérifier tout cela par moi-même.

Le miroir installé face à mon lit et vêtue uniquement de ma lingerie, je m'installe confortablement. Je me remémore ensuite ces quelques mots qui m'ont particulièrement frappée : "Offre-toi au miroir". Je souris à la simple idée de ce que j'allais faire. J'écarte alors les jambes et plaque les pieds sur le cadre du miroir. Heureusement que personne ne peut me voir, sinon je me sentirai ridicule.

Une forme brumeuse apparait entre le reflet de mes cuisses. Je n'en crois pas mes yeux. Jambes, bras et tête se dessinent d'abord grossièrement. Puis un homme m'apparait clairement, me tournant le dos pour faire face à mon reflet. Je resserre mes jambes pour vérifier que tout cela n'est bien qu'une hallucination. Mais la sensation de ce corps entre mes cuisses est bien tangible.

Je suis paralysée par un cocktail inédit d'émotions. Ce n'est pas de la peur et pourtant je suis consciente que je devrais être effrayée. C'est plutôt un étrange magnétisme qui se mêle à une excitation purement sexuelle et animale. Je le vois alors glisser ses mains sur mon reflet. Ressentant instantanément ce merveilleux contact, je gémis et écarte mes cuisses. Dans une ultime tentative de me raccrocher à la réalité, j'évite de regarder le miroir. Mes yeux fixés sur mon entrejambe, je sens une main invisible caresser mon intimité pour enfin retirer la lingerie. Je ne cherche plus à comprendre la situation, je veux juste en jouir. Ne voyant que son dos, je ne peux distinguer le membre de cet homme musculeux, mais j'en apprécie sa rigidité alors qu'il me taquine en glissant sur mes lèvres humides. Je le veux en moi. Mais il stoppe ses caresses pour saisir mes chevilles. Je sens son souffle sur ma peau puis cette douce sensation mouillée alors qu'il lèche mes jambes. Ses mains se font plus intrusives pour enfin pénétrer ma chair humide. Alors que plusieurs doigts fouillent mon intimité, je me tortille d'un plaisir que je tente de refouler par culpabilité. Les doigts ressortent de moi, puis je sens une langue s'occuper de mon bouton de plaisir et mes orifices, s'insinuant en eux. Oh mon Dieu ! Qu'est-ce qu'il m'arrive ? Mais putain, c'est si bon ! Je frémis de plaisir, ma respiration se fait haletante. Puis la langue se retire. Je retiens mon souffle. Puis brusquement quelque chose écarte ma chair et glisse en moi pour me remplir. J'imagine alors son sexe rigide alors qu'il commence à me baiser. J'observe ses fesses faire leur va-et-vient entre les jambes de mon reflet. Je ne peux réfréner mes gémissements, alors que je suis prise sauvagement. Chaque coup de butoir inonde mon corps d'un plaisir que je n'avais jamais ressenti. Je le sens plaquer tout son corps contre le mien. Puis il se tourne sur le dos, m'emportant avec lui. Je me retrouve alors au-dessus de lui. Sa poigne sur ma nuque me maintient contre lui, m'empêchant de me relever ou de me retourner pour essayer de distinguer son visage dans le miroir. J'expire ensuite un long gémissement alors que sa queue se retire. J'en veux plus, s'il vous plait, j'en veux plus.

Comme s'il avait entendu ma prière, il replonge en moi, s'enfouissant profondément dans mon intimité. Et il recommence alors sa besogne. Je l'accompagne de longs mouvements de hanche. Puis je parviens à tourner la tête et je vois alors une autre forme apparaitre dans le miroir. J'en voulais plus et bien me voilà servie ! Un autre homme dont je ne peux voir que le dos fait donc face à mes fesses. Avant qu'il ne me touche, un gémissement aigu trahit mon insatiable désir.

Une main saisit mes cheveux et me force à me cambrer alors que le premier homme continue de glisser en moi. Puis je sens un deuxième membre se joindre au premier pour glisser dans ma chaleur moite. Je perds toute notion du temps alors que les deux hommes me baisent sans faillir. Ils devancent tous mes désirs. Chaque caresse, chaque contact, chaque à-coup, tout est parfait. Mon orgasme déclenche de violents spasmes, alors que les deux pénis glissent inlassablement en moi. Tout mon corps devient si sensible, que la jouissance ne semble jamais finir. Je perds conscience de toute réalité. Puis l'homme derrière moi devance un autre de mes désirs. S'extirpant de mon intimité humide, il pousse alors l'entrée de mon petit trou. Un sentiment de honte m'envahit alors que je l'accueille si facilement.

Les mouvements se font deé plus en plus puissants et rapides. Puis leurs jouissances jaillissent en moi. Pris d'un ultime orgasme, mon corps tremble alors que les sexes se calment, déversant leur nectar. Ils se retirent laissant un vide en moi. Je sens leur jus couler de mes orifices. Je reprends alors mon souffle profitant de cet état post orgasmique. Puis je devine un souffle chaud sur mon entrejambe. Une langue lèche alors le foutre s'échappant de mon intimité. Quelle surprise alors que je sens le goût du sperme et de ma mouille dans ma bouche. Je tourne alors la tête et je vois mon propre reflet ayant pris vie. S'extirpant à moitié du miroir, il est en train de me lécher, me nettoyer. J'exhale un long gémissement tout en savourant cette semence et cet obscène plaisir.

25 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Cet automne...

Sitôt entrée, j’ôtais mes habits comme s’ils me brûlaient, enfilais une chemise de nuit, me jetais sur mon lit et ouvrais mon livre.

bottom of page