top of page

Go Down Under Spécial St Valentin - Partie 1

Appliquée, le bout de sa langue dépassant de ses lèvres, Ambre était penchée au-dessus d’un gâteau Red Velvet Cake en forme de cœur dont elle pochait le contour inferieur et supérieur avec de la crème au beurre à la noix de coco. Elle avait passé un bon moment à créer ce dessert en ce jour spécial.  

Ceci étant fait, elle le rangea au frigo, s’essuya les mains sur le tablier bien trop grand avant de le poser sur un crochet à côté du torchon à vaisselle et put enfin regarder son téléphone qui n’avait cessé de biper. Sa priorité fut de lire les messages envoyés par son compagnon, anciennement son host-dad. L’un lui disait “Soit prête pour 19h, je nous ai réservé une table”. 

Un sourire amusé illumina son visage. 

 

— On mangera mon gâteau en revenant. Se dit-elle avant de se diriger vers la salle de bain. 

 

Elle se lava corps cheveux et visage avant de s’enrouler dans une serviette. Elle mit une jolie robe à fleurs rouge à motifs floraux blancs authentiquement années 60. Tout en fardant ses paupières comme Sharon Tate, elle fredonnait “Quand on n'a que l’amour”, clin d’oeil à son pays natal qu’elle avait quitté un an auparavant. 

 

En revenant dans le salon, elle reconnut le bruit de la Ducati de sa moitié. Trépignant d’impatience, elle courut dans la chambre à coucher où elle avait caché sa surprise, un gros bouquet de roses blanches. 

 

Honey, I’m home! 

 

Elle arriva avec le bouquet caché derrière elle. Avant de l’embrasser, elle remarqua qu’il avait également son bras tordu derrière lui.  

D’un mouvement commun et d’une voix se souhaitant une bonne St Valentin, chacun dévoila ce qu’il avait derrière son dos. Une idée commune qui les fit éclater de rire. Leurs bouquets étaient quasiment similaires, seule la couleur différait. Gill avait opté pour de classiques roses rouges flamboyantes. 

 

— Je vois qu’on a eu la même idée. Riait l’australien natif.  

— On pourrait les mettre toutes dans un même vase. Le blanc et le rouge se marient si bien. 

— On va quand même compter avant. Un bouquet avec un chiffre pair porte malheur, dira-t-on. 

 

Une rose rouge dans une flûte à champagne décorant la table de nuit d’Ambre sera gage de malheur éloigné. De son coté, Gill remplissait un vase en cristal bon marché d’eau dans laquelle il avait mis un conservateur pour faire tenir les fleurs plus longtemps. 

 

— Ca a été l’après-midi? Demanda la jeune belge. 

— Comme d’habitude, les mêmes clients. Ils s’imaginent qu’avoir deux antivirus et deux pares-feux, c’est mieux. C’est comme mettre deux condoms. Et j’en ai eu un qui a trouvé judicieux de dessouder le processeur soudé à la carte- mère pour le remplacer. Bon, je ne lui ai rien dit car certains constructeurs sont devenus bien fourbes en soudant les composants à la carte- mère, ce qui fait qu’on ne peut pas les remplacer et quand ça déconne, on est obligés de racheter un ordinateur. 

— Mais c’est dégueulasse!  

— On est d’accord. Je suis d’ailleurs surpris que ces constructeurs ne se soit pas encore fait incendier leurs locaux. Enfin...j’avais hâte de rentrer pour te retrouver. 

 

Il posa la carafe à moitié vide à côté de l’évier et enlaça tendrement sa moitié. Il sentait ses bras entourer sa taille et sa tête contre son épaule. Il avait retrouvé le bonheur de rentrer chez soi et de retrouver une moitié qui l’attendait et avec laquelle il pouvait à nouveau partager cette intimité qui lui avait manqué. Autant à travers de doux repas en tête à tête, de balades main dans la main, de sorties diverses que par de longs moments sensuels dans leur chambre à coucher. Réapprenant ainsi l’art de l’amour dont l’Inde sous le VIe siècle s’était fait une spécialité à travers divers ouvrages. 

Pouvaient-ils s’imaginer que cet art se répandrait environ quinze siècles plus tard? Ou du moins atterrir dans la bibliothèque de l’informaticien australien ? 

Depuis, le colibri n’était pas qu’un oiseau dans son esprit. 

 

— Fais- moi voir un peu comment tu t’es habillée... 

 

Il la fit tourner sur elle-même en lui tenant la main avec délicatesse. 

 

—...Que tu es jolie! 

— Ça te plait? Demanda Ambre d’une voix solaire. 

— Oui, tu es adorable dans cette robe. Ça te rend tellement...comment te dire...solaire! Un vrai petit soleil dans ma vie. 

 

Elle se mit sur demi-pointe pour coller ses lèvres aux siennes dans un petit baiser tout doux. 

 

— Tu es mon soleil aussi. 

 

Ils s’unirent dans une nouvelle étreinte avant de se séparer le temps que l’australien aille prendre une douche. 

 

— Laisse-moi dix minutes ma chérie, je me lave et on y va. 

 

Elle profita de ce moment pour vérifier une autre petite surprise qu’elle avait caché sous le lit. Une surprise dont la pensée lui fit avoir un petit sourire en coin. 

 

Quelques instants plus tard, le couple était en route vers la restaurant réservé pour l’occasion. En évoquant le dessert qu’elle avait fait, l’australien lança: 

 

— Dans ce cas on ne prendra pas de dessert ce soir, et on mangera le tien. Il sera encore meilleur. 

50 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

À suivre... ou pas.... - 2

— On se reverra bientôt ? Ils étaient tous deux enlacés. Deux corps qui se sont retrouvés, reconnus. Deux âmes. Il ne répondit pas. Il ne savait pas... ou plutôt, contrairement à Socrate, il ne savait

Perles...

Son collier de cuir noir, signe de sa dévotion, lui allait à merveille.

Cet automne...

Sitôt entrée, j’ôtais mes habits comme s’ils me brûlaient, enfilais une chemise de nuit, me jetais sur mon lit et ouvrais mon livre.

Comentarios


bottom of page