top of page

À suivre... ou pas...

Ils ne s'étaient pas vus depuis un an.

Il s'était retiré de leur relation pour entrer dans l'indifférence.

Ce soir elle était là.

Elle dormait, assouvie, sur son épaule, cuisse repliée sur lui, ses seins, son ventre et son sexe collés à son flanc.

Lui ne dormait pas.

Il se demandait comment il avait pu espérer effacer ce qu'elle était devenue pour lui.

Pendant des mois la vie avait fait son chemin, mais aucun autre amour éphémère n'avait pu lui faire oublier celle qu'il entourait de son bras.

Elle lui avait manqué atrocement.

Il l'avait recontactée.

Elle lui avait répondu.

Puis il l'avait invitée à la Coupole.

Il ne savait pas si elle viendrait.

Elle était venue.

Ils avaient dîné à la table qu'ils occupaient lorsqu'ils se voyaient avant...


Puis, le même hôtel.

Le lit était défait, un drap recouvrait le cul sublime qu'il avait tenu dans ses mains.

Ils avaient fait l'amour comme le font les amants trop longtemps privés l'un de l'autre...

Il n'attendait qu'une chose : recommencer.

Il dégagea doucement son bras et caressa les fesses désormais découvertes. La jolie brune remua en gémissant. Féline, elle se retourna sur le dos. Il écarta les cuisses divines et plongea son visage sur la fleur ainsi offerte. Là où la peau est si douce... Là, sa langue effleura les lèvres qui s'ouvraient, libérant le clitoris aussitôt gobé avec volupté...

La belle ondulait de plaisir, râlait. Son souffle saccadé accompagnait chaque caresse. Elle sentait monter le plaisir. Elle sentait les vibrations envahir son corps... et l'orgasme qui la submergea prit possession de son être, de ses sensations, de ses pulsions. Son corps se raidit jusqu'à s'arc-bouter. De sa bouche jaillirent des cris, son sexe tremblait, se contractait sous la langue décidée à rester au plus près de ce délicieux orgasme.


À suivre... ou pas...

111 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

À suivre... ou pas.... - 2

— On se reverra bientôt ? Ils étaient tous deux enlacés. Deux corps qui se sont retrouvés, reconnus. Deux âmes. Il ne répondit pas. Il ne savait pas... ou plutôt, contrairement à Socrate, il ne savait

Perles...

Son collier de cuir noir, signe de sa dévotion, lui allait à merveille.

Cet automne...

Sitôt entrée, j’ôtais mes habits comme s’ils me brûlaient, enfilais une chemise de nuit, me jetais sur mon lit et ouvrais mon livre.

Commentaires


bottom of page